A l’initiative de cinq directeurs d’établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux travaillant auprès des personnes âgées, l’association Les Plumes Grisées a été créée en février 2021 après une année de crise sanitaire.

Convaincue de la place de la littérature et de l’écriture à tout âge, pour apprendre à mieux vivre, l’association permet de donner la voix aux résidents, familles et professionnels à l’occasion d’un concours de littérature annuel.

Les résidents des EHPAD sont des citoyens à part entière, et à ce titre, ils doivent être écoutés mais également lus car la belle langue française qu’il leur a été enseigné saura les transporter. Les familles, qui ont trop souvent le sentiment d’être mises à l’écart, ont également toute leur place dans cette aventure comme les membres du personnel qui jouent un rôle social de premier plan au service des aînés.

Le concours se veut national, sans distinction de statut d’établissement. L’objectif est de proposer à tous les établissements du pays de participer au concours car les EHPAD regorgent de talents !


Marc-Antoine THEVENOT
Président

Directeur du Centre hospitalier de Wasquehal et des EHPAD de Marcq-en-Baroeul

Quel livre se trouve en ce moment même sur votre table de chevet ?
Le médecin de campagne, Honoré de Balzac.
Quel livre emporteriez-vous sur une Île déserte ?
On doit s’y ennuyer ferme, je vois donc trois livres capables de nous nourrir entre deux noix de coco – Les Misérables / Guerre et Paix / La Bible.
Si vous pouviez être un personnage de roman, qui seriez-vous ?
L’ânesse de Stevenson pour la contemplation, Fabrice Del Dongo à Waterloo pour l’absurde et un russe, disons, Vronski pour la démesure.
Pourquoi prenez-vous la plume?
Ecrire c’est mettre en mot ce que nos sens perçoivent en lumière, en odeur, en caresse et en musique. C’est cette transmutation qui change les métaux bruts de nos existences en un or singulier et unique. Prendre la plume, c’est voir se dessiner sur un bout de papier, les arabesques bleutées qui, du cours préparatoire jusqu’au trépas nous accompagnent. 
Quand j’écris c’est pour cette raison simple, mais essentielle : se sentir appartenir à une aventure qui nous dépasse bien que nous en prenions part. Je parle là, bien sûr, de la culture. De la culture qui nous enracine dans une humanité avec la double efficacité de la racine et de la boussole.

Un proverbe ?
Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.

Fanny ROINSARD
Vice-Présidente

Directrice de l’EHPAD Le Val d’Emilie à Derval

Quel livre se trouve en ce moment même sur votre table de chevet ?
Ils sont deux à se partager la table en ce moment. Le premier est le roman graphique d’Alix GARIN, Ne m’oublie pas, et le second, Les élucubrations d’un homme soudain touché par la grâce d’Edouard BAER.
Quel livre emporteriez-vous sur une Île déserte ?
Sans aucun doute, la saga Malaussène de Daniel PENNAC.
Si vous pouviez être un personnage de roman, qui seriez-vous ?
Jo March.
Pourquoi prenez-vous la plume?
Pour rassembler, des personnes ou bien des idées.
Un proverbe ?
On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs (version Anémone!)

Franck DELIEZ
Vice-Président

Directeur de l’EHPAD Massé de Cormeilles à Blangy sur Bresle

Quel livre se trouve en ce moment même sur votre table de chevet ? 
L’Effondrement de Jared Diamond, l’auteur est un universitaire qui explique et théorise sur le déclin de certaines civilisations pourtant prospères et brillantes. L’impact environnemental est mis en avant mais pas seulement. Un livre rédigé au début du XXIème siècle qui résonne encore aujourd’hui dans un contexte d’hyper mondialisation, d’épuisement des ressources naturelles et de pandémie. La question est de savoir quelles réponses va apporter notre civilisation.
Quel livre emporteriez-vous sur un île déserte ?
Aurélia, de Gérard de Nerval, fou, romantique et poétique.
Si vous pouviez être un personnage de roman, qui seriez-vous ?
Sherlock Holmes.
Pourquoi prenez-vous la plume ?
L’écriture est un moyen de décrire une situation ou encore de transmettre ses émotions, son ressenti. J’aime écrire au stylo plume à l’encre noire ou bleue. Prendre la plume me permet de me libérer, de me confier, de m’apaiser sur les passages difficiles que nous offre parfois la vie. Ces écrits peuvent être partagés mais parfois rester dans la sphère intime. J’aime les écritures manuscrites car la calligraphie, la formation des lettres reflète à mon sens, l’âme de leur auteur. J’aime l’écriture car c’est le témoin d’un moment, la trace du passé pas nécessairement lointain . Je m’interroge toujours sur la trace que nous allons laisser dans cette sphère du courriel, du texto de tous ces écrits spontanés et instantanés qui s’effacent plus vite qu’ils ne s’écrivent. Les échanges épistolaires, les correspondances racontent, dévoilent leurs auteurs qu’ils soient connus ou non.
Un proverbe ? 
Mieux vaut prévenir que guérir.

Marie-Cécile DARMOIS
Secrétaire

Directrice de l’hôpital de Crépy-en-Valois.

Quel livre se trouve en ce moment même sur votre table de chevet ?
Les impatientes de Djaïli Amadou Amal.
Quel livre emporteriez-vous sur une Île déserte ?
Harry Potter.
Si vous pouviez être un personnage de roman, qui seriez-vous ?
Le commissaire Adamsberg (Fred Vargas).
Pourquoi prenez-vous la plume?
Je ne la prends plus assez, mais il m’arrive d’écrire des lettres à mes enfants pour leur dire que je les aime.
Un proverbe ?
La nuit porte conseil !

Christophe RUSSIER
Trésorier

Directeur adjoint Centre Hospitalier de Beaujeu-Belleville

Quel livre se trouve en ce moment même sur votre table de chevet ?
Aimez-vous Brahms de Françoise Sagan.
Quel livre emporteriez-vous sur une Île déserte ?
Les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar (et tous les Harry Potter!)
Si vous pouviez être un personnage de roman, qui seriez-vous ?
Arsène Lupin.
Pourquoi prenez-vous la plume?
Pour cultiver des amitiés lointaines.
Un proverbe ?
Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois.

« Nos résidents, ont connu des situations délicates durant lesquelles de nombreuses portes se sont fermées. Il est aujourd’hui temps de les rouvrir avec de l’art ! Nous souhaitons populariser en ces lieux, l’idée que les mots sont parfaits pour cela. N’ayons pas peur de l’écriture en EHPAD, elle n’est pas plus élitiste qu’inaccessible »
%d blogueurs aiment cette page :